[Rétrospective] Destination Finale : Quel le meilleur épisode ?

Publié le 3 Octobre 2011

http://img266.imageshack.us/img266/1062/19807298.jpg

 

5. Destination Finale 5 (2011) **

 

Sortie cinéma : 31 août 2011. Réalisé par Steven Quale. Avec Nicholas D'agosto, Emma Bell, Miles Fisher. Dans ce cinquième épisode, la Mort est toujours aussi omniprésente et se déchaîne après qu’un homme soit victime d’une terrible prémonition, laquelle permet de sauver ses collègues de l’effondrement d’un pont suspendu. Ce groupe d’âmes innocentes n’était pas supposé survivre, et, dans une course terrifiante contre le temps, ces malheureux tentent frénétiquement de trouver le moyen d’échapper au sinistre agenda de la Mort.

 

La franchise Destination Finale (2000/2002/2005/2009) n'est pas prête de prendre fin, après un quatrième opus réalisé en 3D relief (histoire de créer un semblant d'originalité au sein d'une franchise qui commençait sérieusement a être vue et revue), pour ce cinquième volet (2001), bien qu'il soit toujours en 3D relief, les scénaristes ont décidé de franchir un nouveau cap, en y rajoutant une nouvelle règle concernant les victimes (c'est réellement la seule nouveauté de la part d'une franchise qui fête ses dix ans). Après James Wong (opus #1 & #3) et David R. Ellis (opus #2 & #4), c'est donc Steven Quale (inconnu du grand public mais qui a déjà collaboré avec James Cameron) qui se retrouve aux commandes de cet énième suite qui dès le générique de début, nous séduit avec une agréable mise en bouche (il en sera de même avec le générique final, qui nous fait revivre les différentes mises à mort des précédents opus), le tout, à travers une séduisante 3D relief. Scénaristiquement parlant, on ne change pas une recette qui marche (depuis une décennie tout de même), à savoir un groupe de pré-adultes (ou post-adolescents) dont l'un des membres est victime de prémonitions pour le moins inquiétantes (concernant lui et ses amis). Parvenant a échapper au pire, ils n'échapperont finalement pas à la Faucheuse, bien décidée à finir le travail comme prévu. Ne nous voilons pas la face, lorsque nous décidons d'aller voir un opus de la franchise, ce n'est absolument pas pour son scénario (en tout cas, ici il faudra y faire abstraction car on est devant une intrigue très rachitique et au combien ennuyante). Généralement on y va pour une seule chose, découvrir les nouvelles stratégies de la Faucheuse (ses mises à mort toutes plus originales et sanglantes les unes que les autres). De ce côté là, on se sera pas déçu, la séquence d'ouverture sur le pont suspendu est une belle réussite (malgré une grossière erreur de raccord) ou encore la séquence de l'entraînement de gymnastique est lui aussi très bien échafaudé (la tension s'est se faire de plus en plus présente), néanmoins, concernant les acteurs, il faudra aller voir ailleurs (ils sont tous dénués de charisme). Au final, sans surprise, on assiste à un divertissement qui ne cherche qu'une chose, choquer et faire rire les plus sadiques d'entre nous, en l'espace de 90 minutes on aura tout de même eu le temps de regretter de ne pas avoir un script à la hauteur, mais fort heureusement, la 3D relief était quant à elle au rendez-vous, c'est si rare (de la part d'un collaborateur de James Cameron, on en attendait pas moins !).

 

http://img694.imageshack.us/img694/4932/19146983.jpg

 

4. Destination Finale 4 (2009) **

 

Sortie cinéma : 26 août 2009. Disponible en DVD & Blu-Ray. Réalisé par David R. Ellis. Avec Bobby Campo, Shantel VanSanten, Nick Zano. Alors que Nick et ses amis s'apprêtent à s'amuser devant une course automobile, celui-ci a une prémonition horrifiante : un terrible concours de circonstances fait voler en éclat une voiture de course, projetant des débris enflammés qui achèvent brutalement ses amis et fait s'écrouler sur lui une rangée des tribunes. En proie à la panique, Nick parvient à convaincre sa copine Lori et leurs amis Janet et Hunt de quitter les tribunes seulement quelques secondes avant la réalisation de son effroyable vision...Persuadé d'avoir échappé à la mort, le groupe d'amis semble avoir une seconde chance, mais malheureusement pour Nick et Lori, ça ne fait que commencer. Alors que ses prémonitions se poursuivent et les survivants commencent à mourir les uns après les autres - de façon de plus en plus brutale - Nick doit trouver le moyen d'échapper à la mort une fois pour toute, à moins d'atteindre, lui aussi, sa destination finale.

 

La faucheuse est tenace et persévérante, après la trilogie Destination Finale, voici qu’elle devient une tétralogie grâce à David R. Ellis, celui à qui l’on doit l’un des meilleurs opus de la saga, à savoir le n°2 (2003). Les producteurs voulant innover pour ne pas lasser son public, on a droit cette fois-ci à une version en 3D Relief, si le scénario reste à l’identique (la Mort veut votre peau et malgré cela, vous êtes toujours en vie. Qu’à cela ne tienne, elle vous aura de toute façon et ce, par tous les moyens possibles). Scénario connu et reconnu par tous mais ce qui fait l’originalité de cette saga, ce sont les différentes morts mises en scènes, de véritables trouvailles scénaristiques toutes plus dôles, gore ou trash. Un film d’épouvante qui perpétue sa tradition dans le plus pur esprit du teenage-movie horror et ce, pour notre plus grand plaisir sadique ! En conclusion, on appréciera aussi le générique de début, qui nous fait revivre à l’aide de radiographies, les spectaculaires morts des précédents opus.

 

http://img827.imageshack.us/img827/8294/destinationfinale.png

 

3 Destination Finale (2000) **

 

Sortie cinéma : 12 juillet 2000. Disponible en DVD & Blu-Ray. Réalisé par James Wong. Avec Daniel Roebuck, Devon Sawa, Ali Larter. Pour le petit groupe d'étudiants, le voyage à Paris s'annonçait bien. Mais peu avant le décollage de leur avion, Alex a soudain une vision fulgurante : l'appareil va exploser en vol. Parce qu'il va tenter d'alerter les passagers, il sera expulsé de l'avion avec cinq de ses camarades et son professeur. Lorsque, quelques minutes plus tard, l'appareil explose, ils seront les seuls survivants... Pour Alex, ce don de voyance qui lui a sauvé la vie est aussi une malédiction. Comment expliquer ses visions ? D'ou lui vient ce fascinant pouvoir ?

 

Encore un teen movie ? Oui, mais avec une certaine touche d’originalité cette fois-ci ! On espérait évider les clichés types et autres stéréotypes, c’est loupé ! Certes, si le scénario n’a rien de spectaculaire, si les acteurs n’ont eux, rien non plus de sensationnels et même si l’ensemble du film ne vole pas bien haut, cela reste quand même un bon divertissement ! Un slasher pour adolescent, voilà en gros à quoi s’attendre. Avec une petite dose de frayeur, des plans gores à souhait, histoire d’en réjouir quelques-uns uns dans l’assemblée, et puis … ben, c’est tout ! Ce n’est pas grand chose en réalité, il faut l’avouer, alors quel peut bien être son atout ? Ses astuces ! Son originalité, c’est cela qui le caractérise et qui renverse la tendance, faire du neuf avec du vieux. Destination Finale (2000) change les habitudes du slasher lambda et il était grand temps. Simplement on aurait apprécié qu’il y ait un scénariste dans l’équipe de production ! Reste à savoir maintenant si les autres opus de la saga seront de bien meilleur qualité, car suite à son étonnant succès, les producteurs ont donc décidé, d’années en années, de poursuivre l’expérience, pour au final, obtenir une trilogie. On retrouve donc par la suite Destination Finale 2 (2003) et Destination Finale 3 (2006), qui comme pour le premier, regorge d’inventivités, toutes plus malsaines les unes que les autres, et au final, on adhère !

 

http://img189.imageshack.us/img189/484/18474656.jpg

 

2. Destination Finale 3 (2005) ***

 

Sortie cinéma : 22 mars 2006. Disponible en DVD & Blu-Ray. Réalisé par James Wong. Avec Mary Elizabeth Winstead, Ryan Merriman, Texas Battle. Pour fêter la fin de l'année scolaire, Wendy et ses amis ont décidé de se retrouver dans un parc d'attractions. La soirée s'annonce comme la plus fun de l'année. Pourtant, au moment d'embarquer dans un immense roller coaster, Wendy a un terrible pressentiment. Alors que tous les autres se moquent d'elle, elle quitte l'attraction avec Kevin. Quelques instants plus tard, horrifiée, la jeune fille voit les wagons lancés à toute allure sortir des rails à une hauteur vertigineuse, tuant ses amis. Elle et quelques autres viennent de manquer le rendez-vous que leur avait fixé la mort. Ils vont découvrir que ce n'est pas forcément une chance. Peu de temps après, le destin rattrape brutalement l'un des survivants. Wendy comprend que, sur les photos qu'elle a prises lors de cette tragique soirée, certains indices semblent désigner les prochaines victimes et ce qui les attend...

 

C'est avec délectation que l'on retrouve notre chère amie la Grande Faucheuse pour le troisième opus de la saga Destination Finale. Petit récapitulatif des faits : dans le 1er volet, il s'agissait du crash d'un avion au décollage, dans le 2ème c'était un spectaculaire carambolage sur une autoroute, et cette fois-ci il s'agit des Montagnes Russes. Les scénaristes appliquent les mêmes règles que les sur précédents volets, en étant toute fois plus macabre et plus gore qu'auparavant ! Après avoir réalisé le premier volet de la saga, James Wong innove cette fois en nous réalisant l'un des meilleurs de cette saga, un énième qui ne déroge pas à la règle, nous étonner de plus en plus avec les différentes morts auquel doivent échapper les victimes. Plus trash, plus violent, plus spectaculaire.

 

http://img23.imageshack.us/img23/720/affichea.jpg

 

1. Destination Finale 2 (2002) ***

 

Sortie cinéma : 9 avril 2003. Disponible en DVD & Blu-Ray. Réalisé par David R. Ellis. Avec Ali Larter, A. J. Cook, Michael Landes. Tandis qu'elle s'apprête à partir en week-end avec des amis, Kimberly Corman a la soudaine vision d'un effroyable accident de la route. Elle y voit la mort de plusieurs personnes, dont la sienne. Tout semble si vrai que la jeune fille décide de bloquer l'accès à l'autoroute. Elle et ceux qu'elle a stoppés assistent, impuissants, à la spectaculaire catastrophe qui se déroule sous leurs yeux. Ils ont tous échappés de justesse à la mort. Kimberly sait pourtant qu'elle n'évitera pas si facilement son destin. Elle décide d'aller demander l'aide de la seule personne qui a connu la même situation, Clear Rivers, l'unique survivante du vol 180. Avec le groupe de rescapés, les deux jeunes filles se lancent dans une course contre la montre.

 

Un second opus qui commence sur les chapeaux de roues (et le mot est faible), avec comme intro, une des plus impressionnantes scènes d’autoroute au cinéma, la fameuse scène du carambolage où s’entrechoquent à la fois des poids lourds, des voitures, bus, moto, etc. La Faucheuse poursuit sa route, drainant derrière elle les macchabées, suite à différentes morts toutes plus impressionnantes les unes que les autres (percuté par une moto, défoncé par un tronc d’arbre, écrasé par une plaque de verre, crâne transpercé par une échelle ou un tube en PVC, etc). Une chose est sur ici, les scénaristes ont mis les bouchées doubles et contrairement au premier opus, celui-ci fourmille de petits détails qui créent la différence. Mise en scène macabre et hyper réaliste sont au programme de ce Destination Finale 2 (2003), où James Wong (qui officialisait sur le premier opus) a laissé place à David R. Ellis, qui marque la franchise au premier coup d’œil. Plus trash, plus saignant, plus sanguinolent, la saga se bonifie avec le temps, en témoigne les résultats avec le troisième opus.

 

Rétrospective écrite par  RENGER Benoit.

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Critiques

Commenter cet article