[Critique] La Rafle : "une reconstitution minutieuse"

Publié le 23 Mars 2010

Date de sortie cinéma : 10 mars 2010
Réalisé par : Rose Bosch
Avec : Jean Reno, Mélanie Laurent, Gad Elmaleh

1942. Joseph a onze ans. Et ce matin de juin, il doit aller a l'école, une étoile jaune cousue sur sa poitrine ...Il recoit les encouragement d'un voisin brocanteur. Les railleries d'une boulangere. Entre bienveillance et mepris, Jo, ses copains juifs (comme lui), leurs familles, apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la Butte Montmartre, ou ils ont trouvé refuge. Du moins le croient-ils, jusqu'a ce matin du 16 juillet 1942, où leur fragile bonheur bascule... Du Velodrome d'Hiver, où 13000 juifs raflés sont entassés, au camp de Beaune la Rolande, de Vichy a la terrasse du Berghof, "la Rafle" suit les destins réels des victimes et des bourreaux. De ceux qui ont orchestré. De ceux qui ont eu confiance. De ceux qui ont fui. De ceux qui se sont opposés. Toutes les personnes du film ont existé. Tous les événements, même les plus extremes, ont eu lieu cet été 1942.
La Rafle (2010) laissait craindre le pire avec Gad Elmaleh dans l'un des rôles principaux de ce drame historique, heureusement, il n'en est rien, l'acteur s'en sort très bien, face à un excellent Jean Reno et une touchante Mélanie Laurent. Le drame du Vel' d'Hiv' comme on l'appelle familièrement remonte à 1942, en pleine Seconde Guerre Mondiale, lorsque plus de 13 000 juifs furent parqués (entassés) dans le Vélodrome d'Hiver de Paris, avant de transiter dans un camp en province (dernière destination avant Auchwitz). Reconstitution minutieuse et images d'archives composent cette sordide remontée dans le temps, où Allemands et Français collaborèrent ensemble afin d'exterminer tous les juifs de l'hexagone. Mise en scène captivante, évitant le trop plein de pathos, (où juste ce qu'il faut), interprétations parfaites, tant des acteurs confirmés que des débutants.

***

Critique by
RENGER Benoit

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Critiques

Commenter cet article