Arthur 3 La Guerre des Deux Mondes : la critique du film

Publié le 17 Octobre 2010

http://a.imageshack.us/img541/8262/4x3a3xav1.jpg

 

Maltazard a réussi à se hisser parmi les hommes. Son but est clair : former une armée de séides géants pour imposer son règne à l'univers. Seul Arthur semble en mesure de le contrer... à condition qu'il parvienne à regagner sa chambre et à reprendre sa taille habituelle ! Bloqué à l'état de Minimoy, il peut évidemment compter sur l'aide de Sélénia et Bétamèche, mais aussi - surprise ! - sur le soutien de Darkos, le propre fils de Maltazard, qui semble vouloir changer de camp. A pied, à vélo, en voiture et en Harley Davidson, la petite troupe est prête à tout pour mener le combat final contre Maltazard. Allumez le feu !

 

J'ai profité de l'une des 250 avants-premières organisées partout en France à la fin du mois d'août pour découvrir "Arthur 3 La Guerre des Deux Mondes". L'évènement, annoncé comme le "Arthur Day", était organisé très en avance par rapport à la date de sortie du film et avait pour but de réconcilier les Français avec Arthur après un second volet désastreux. Pari réussi ?

 

"Arthur 3" commence avec un court résumé qui rappelle l'intrigue des deux premiers films. On se rend alors compte que la majorité des scènes de "La vengeance de Maltazard" ne servaient qu'à combler un scénario vide servant de passage entre "Arthur et les Minimoys" et "La Guerre des Deux Mondes". Les rares scènes importantes pour l'histoire du deux auraient pu être facilement être ajoutées au début du trois, ce qui aurait permis d'adapter en un seul film deux livres comme cela avait été le cas pour le premier volet.

 

Ceci étant dit, on est heureux de retrouver enfin une histoire avec un vrai enjeu. Maltazard est désormais dans le monde des humains alors qu'Arthur est bloqué dans le monde des Minimoys. Notre héros va-t-il faire pour le stopper ? Pour cela, Arthur accompagné de Sélénia et Bétamèche, va devoir s'allier avec Darkos, le fils de Maltazard. Ce dernier rêve de ressembler à un humain après de nombreuses opérations de chirurgie se transforme en M le Magnifique !

 

L'incrustation des personnages en images de synthèse dans le monde réel est vraiment parfaite grâce à l'éblouissant travail réalisé par la société BUF. Du très bon boulot. Le fait que les humains et les objets de notre monde puissent interagir avec eux amène un certain nombre de possibilités qui sont bien exploitées dans le film. On verra par exemple que les toits des véhicules résistent difficilement au casque aiguisé de Darkos .

 

Ce troisième volet nous propose des scènes de combats enfin dignes du réalisateur du "Cinquième élément" comme par exemple l'excellente séquence du train. Le côté humour est assuré par Bétamèche, toujours armé de son couteau multifonction, et surtout par Darkos, qui dévoile ici un vrai talent comique. Les références cinématographiques sont multiples et on découvre enfin l'origine de la saga "Star Wars" !

 

Après deux essais infructueux ("La vengeance de Maltazard" et le moyen "Adèle Blanc-Sec"), Luc Besson parvient enfin à allier efficacement l'humour et l'action pour donner un divertissement potable destiné à toute la famille. Le meilleur film de la trilogie tout simplement.

 

Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Critiques

Commenter cet article